top of page
Rechercher

Ne fais pas les mêmes erreurs que moi

Tout a basculé le jour où j'ai fait pleurer une de mes collaboratrices.


Avant de devenir coach et d'entreprendre, j'étais Manager.

Un métier qui m'a énormément apporté. 


Des rencontres incroyables, de l'apprentissage, des responsabilités et des rires.

Mais qui m'a aussi beaucoup déçu.


Un système pyramidal rigide, des process inutiles qui n'existent que pour satisfaire un besoin de contrôle excessif, des masques que nous portons toute la journée pour satisfaire nos égos.


Bref, j'ai adoré mes équipes et mes "collègues" comme on dit dans le sud. J'ai détesté l'absurdité des règles et la souffrance des collaborateurs.

Alors je me suis dit la chose suivante :

"Tu ne peux pas changer le système de l'intérieur, change le de l'extérieur et deviens coach".





 

  • Première erreur : j'ai quitté mon job plus par contrainte du salariat que par désir d'entreprendre. On ne se lance pas dans une telle aventure pour fuir une situation, on se lance pour atteindre un projet réfléchi qui nous est cher et qui est aligné avec nos valeurs.

 

Puis je me suis dit :"Tu as des connaissances en management, tu vas pouvoir coacher des managers et changer les mentalités".


 

  •  Deuxième erreur : les connaissances et l'ambition ne suffisent pas. C'est un bon carburant mais c'est déconnecté de la réalité. Les clients ne viennent pas à nous juste parce qu'on a décidé de changer le monde. J'accompagne  des professionnel(le)s de l'accompagnement qui se lancent en voulant "redonner confiance aux autres" ou "apporter du bien-être en entreprise", ça ne suffit pas. Le pourquoi est important bien sûr, mais le quoi et le comment le sont encore plus. Et ça je ne le savais pas (Simon Sinek nous a bien eu, pour ceux qui connaissent le WHY).

Ensuite je me suis dit :

" Avec une bonne formation et un beau diplôme tu pourras exercer". 



  • Troisième erreur : la plus répandue. Les diplômes accrochés au mur ne remplissent pas le frigo comme on dit. (C'est la journée des expressions). Se former c'est bien, mais ce n'est qu'un moyen et surtout pas une finalité. J'ai enchaîné trois formations, coach professionnel, coach en entreprise et praticien PNL, et pourtant j'ai dû attendre plus de six mois pour avoir mon premier client. Et vous savez quoi ? À ce jour personne, ni les particuliers ni les entreprises, ne m'ont demandé mes diplômes. De plus, l'excès de formation peut contribuer au syndrome de l'imposteur contrairement à ce que l'on pense. Cf effet Dunning-Kruger, plus j'élargis le champ de ma connaissance et plus je prends conscience de l'étendu de mon ignorance.

Après je me suis dit :"Je vais faire un joli site internet qui donnera envie aux personnes de me contacter." Pire je me disais même "je ne peux pas me lancer tant qu'il n'est pas fini".

 


  • Quatrième erreur : je vous renvoie à mon guide de la semaine dernière. Une vitrine n'est utile que si le client passe. Aucune raison pour qu'une personne arrive par hasard sur mon site, veuille passer 1h à tout lire et se dise "je ne le connais pas, mais ce qu'il dit me plaît donc je vais investir sur moi avec lui". Les réseaux sociaux sont votre vitrine. L'application Notion vous permet de faire une page de vente en 5 minutes.   

Enfin je me suis dit :"Je vais ouvrir un compte Instagram et poster régulièrement !" 



  • Cinquième erreur : plus subtile celle-là : la création de contenu c'est long et parfois ingrat. Il y a beaucoup de concurrence, ça prend du temps et surtout il y a une stratégie marketing à mettre en place pour que cela fonctionne. Il faut être patient et observé ce que font les autres. Chaque réseau social a ses codes.  

Ne refaites pas ses erreurs si vous souhaiter vous reconvertir, lancer un projet, vivre de votre passion ou devenir coach.


Le seule vrai conseil c'est le suivant : l'action toujours l'action.


La confrontation à la réalité vaut toutes les formations du monde.

5 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page